Tomber malade, entrer en maladie
ne peut être le fait du hasard,
ni celui d'un effet du destin,
encore moins le résultat d'un concours
de circonstances fâcheux...

 


C'est un langage qui parle en nous de nous.
Et peut être surtout de l'indicible,
quand le silence des mots réveille
la violence des maux.

 


Ce peut être le réveil d'une blessure de l'enfance,
la réactivation d'une situation inachevée
que l'on n'a pas écoutée en son temps !

 


Ce peut être l'hémorragie affective
d'une séparation imposée,
la violence d'une rupture non souhaitée,
la perte d'un être chair et cher !

 



Ce peut être encore l'expression d'une fidélité,
la mise en œuvre d'une mission de réparation
à l'égard d'ascendants.

 



Ou plus simplement parfois,
la manifestation d'un conflit intra personnel
dont le seuil de tolérance est atteint.

 



Être malade est une invitation bouleversante
de notre corps à mieux nous entendre.

 



Une sollicitation à mieux écouter la relation
parfois disqualifiante que nous avons avec lui.

 



Une invitation à se respecter vis à vis d'autrui,
et surtout face aux personnes aimées.

 



Une incitation à ne plus se laisser définir,
un signal pour oser entendre et nommer l'innommable,
pour crier l'insupportable,
pour émerger enfin du silence,
pour accepter de changer de vie.

 


Jacques Salomé

 


Retour à l'accueil